La lignée

Equilibre en Mouvement

                                                             Huang Sheng Shuan

                                                             et  Cheng Man Ch'ing


A l’époque où Cheng Man Ch'ing étudiait avec Yang Shengfu,

il était déjà reconnu comme peintre et médecin. Plus tard, pendant

la guerre sino-japonaise, il serait chargé de l’entrainement des soldats

chinois basés à Shanghai. Pressé par le temps, il a simplifié la longue

forme Yang, pour aboutir à une séquence de 37 mouvements.

Il a conservé par la suite cette forme courte pour des raisons pédagogiques.

Après l’apprentissage de celle-ci, les élèves, débarrassés de la mémorisation

des séquences, peuvent aborder des aspects plus subtils de la pratique

et entreprendre alors l’apprentissage de la forme longue (108 mouvements).

 A la fin de la guerre civile chinoise, Cheng est parti à Taiwan,

comme beaucoup d’autres maîtres d’arts martiaux .Il y est devenu

un professeur réputé, connu comme «Le maitre des 5 excellences»,

grâce à sa maitrise du Tai Chi Chuan, de la médecine chinoise,

de la calligraphie, de la poésie et de la peinture. Toute sa vie, il a continué

à raffiner et à faire évoluer son Tai Chi, pour s’approcher

de l’essence de chaque mouvement.

Du fait de sa pratique artistique, le Tai Chi de Cheng Man Ch’ing

est plus destiné à libérer le potentiel créatif et expressif

de tout un chacun qu’à l’enfermer dans une routine,

fût-elle composée de beaux mouvements.

Le dessein est d’enlever les freins qui nous empêchent d’exprimer

notre potentiel. Les ajustements ont comme but de mettre à nu

ce qui est artificiel, acquis, ce qui fait obstacle au mouvement naturel

qui va se révéler le plus harmonieux mais aussi le plus efficace.


Dans les années 60, Cheng Man Ch'ing a été invité à New York

par un groupe d’hommes d’affaires chinois désireux de préserver

les traditions dans le milieu de la diaspora. Il a tout de suite créé le trouble

en imposant l’ouverture de ses cours aux Occidentaux. Il a travaillé

avec de nombreux élèves dont quelques-uns ont écrit des livres

où ils témoignent de cette expérience.

Il est resté à New York jusqu’à son décès dans les années 70,

et ses élèves ont ensuite répandu son Tai Chi dans tous les Etats-Unis.


Un de ses élèves à Taiwan fut Huang Sheng Shuan, un maître

de la Grue Blanche du Fugian, (ou Les sept Bouddhas), un art martial intégrant beaucoup d’aspects internes (par opposition au Kung fu traditionnel, dit externe). En 15 ans, Huang deviendra un des meilleurs élèves de Cheng Man Ch'ing. A la demande de celui-ci, il s’établit en 1958 en Malaisie pour donner des cours dans la vaste communauté chinoise. 

Imprégné de Taoïsme dès son enfance, il considérait que

l’essence du Tai Chi était la fluidité du mouvement

et le changement, expression aboutie de l’alternance Yin/Yang.

Cette conviction lui a fait abandonner progressivement

les pratiques statiques au profit de l’exploration du mouvement

et de la mutation constante.

Il a analysé et condensé les aspects fondamentaux du Tai Chi

dans une petite série d’exercices de relaxation et d’enracinement.

Il a systématisé les patrons fixes de la poussée des mains (tui shou)

qui constituent le cœur de la pratique à deux du Tai Chi. Avec le temps,

ses écoles ont essaimé dans toute la Malaisie.

Quelques étudiants occidentaux, de Nouvelle Zélande et d’Australie,

ont par la suite été acceptés dans ces cours que Maitre Huang

donnait à ses élèves chinois. Patrick Kelly, le plus ancien de ces disciples,

y a passé plusieurs mois par an pendant 20 ans, devenant un des proches disciples de Maître Huang, jusqu’au décès de celui-ci.

Depuis quelques années, il transmet en Europe, avec quelques-uns

de ses élèves, le Tai Chi selon l’enseignement des Maîtres Huang Sheng Shuan et Cheng Man Ch'ing.

L’école Equilibre en mouvement est issue de cette lignée traditionnelle.


Copyright © Circulaction asbl